Le cartable encore beaucoup trop lourd

La question du poids excessif du cartable se pose à chaque rentrée. Le point sur les mesures à mettre en œuvre afin d’alléger la charge qui pèse au quotidien sur les jeunes gens.

 

La question du poids excessif du cartable se pose à chaque rentrée. Le point sur les mesures à mettre en œuvre afin d’alléger la charge qui pèse au quotidien sur les jeunes gens.

Trop lourd le cartable ? Les données les plus récentes sur le sujet datent de 2007. Elles proviennent d'une vaste enquête menée au niveau national dans quelque 500 établissements scolaires par la Fédération des conseils de parents d’élève (FCPE). Le poids moyen du cartable mesuré à l’occasion de cette campagne s’élevait à plus de 7,5 kg. Une valeur bien supérieure à celle préconisée par le ministère de l’Education nationale qui fixe à 10 % du poids de l’enfant la limite à ne pas dépasser (soit 3,4 kg en CM2 ou encore 4,3 Kg en cinquième, selon la FCPE). Plus de 80% des élèves utilisaient un cartable dont le poids dépasse plus ou moins largement cette limite.

Depuis, les choses n’ont pas véritablement évolué, indique-t-on à la FCPE. Un rapide test mené ce matin par 66 Millions d’IMpatients à l’occasion de la rentrée scolaire a suffi à nous convaincre ! Les risques qu’encourent les jeunes gens transportant au quotidien un poids excessif sont pourtant loin d’être anodins. Ils le sont d’autant moins que la charge sur le dos de l'enfant n'est pas statique. L’enfant est fourbe, on le sait : il court voire il saute. Le surplus de charge peut engendrer des douleurs au dos ou contribuer à les aggraver.

Une problématique soulevée de longue date

En 2008, dans la foulée de la campagne de pesée réalisée par la FCPE, le ministère de l’Education nationale publiait une circulaire invitant les établissements scolaires à se mobiliser « afin d’organiser la journée des élèves en veillant à limiter, pour les classes de 6ème en particulier, les déplacements au sein de l’établissement. Le nombre de fournitures doit être restreint, et de nouveaux formats de manuels scolaires doivent être utilisés en faisant appel aux supports numériques ». Une autre circulaire du 29 mai 2013 demande aux enseignants de réduire le nombre de fournitures demandées. « Pour autant, sur le terrain, il faut encore convaincre sur le sujet », indique la FCPE.

Quelles solutions mettre en œuvre à titre individuel afin d’alléger le poids du cartable ?

  • Privilégiez, autant que faire se peut, les modèles les plus légers. C’est la base…
  • Evitez les cartables à roulettes, bien plus lourds et finalement pas si pratiques que ça, notamment si l’enfant doit gravir des escaliers pour se rendre en classe.
  • Préférez les classeurs souples plutôt que rigides, les cahiers de 96, voire de 48 pages plutôt que ceux qui en comptent 192, quitte à en racheter un nouveau en cours d’année.
  • Les parents veilleront également à bien surveiller l’emploi du temps de leur chérubin et à l’éduquer sur la question afin qu’il ne se charge pas inutilement.
  • Si un système de casiers existe, qui permettent à l’élève de se décharger durant la journée, assurez vous par exemple qu’il y a recours à bon escient.

Les établissements scolaires trop peu actifs

Là s’arrêtent toutefois les mesures qu’on peut prendre en qualité de parents pour alléger le fardeau des jeunes gens. Le gros des actions à mettre en œuvre devrait l’être par les établissements scolaires qui sont notamment responsables de la fourniture des manuels. Sauf que, pour la FCPE, la problématique du poids du cartable reste encore trop souvent ignorée dans les établissements. Dans certains d’entre eux, l’association de parents d’élèves propose de fournir aux enfants des « kits » de fournitures achetées en gros qui sont concoctés avec le soucis notamment d’alléger leur fardeau. C’est ainsi que samedi dernier des parents d’enfants scolarisés au collège Paul Langevin au Guilvinec (29) sont passés chercher leur « kit » commandé au printemps dernier via l’association.

Cité par Ouest-France, Gilles Stéphant, président de l'association dans son département, rappelle que l'un des objectifs de l’opération est de diminuer le poids des sacs. De fait, depuis cinq ou six ans que le dispositif est en place dans ce collège, le poids du cartable est passé de 12 à 7 kg. « En concertation avec les enseignants, les bénévoles y parviennent en passant par exemple à des cahiers de 48 pages, au lieu de 96 pages. Les professeurs jouent le jeu en fournissant un autre cahier, une fois le premier terminé ». A noter que le dispositif permet également, ce n’est pas un détail, de réduire substantiellement le coût de ces fournitures par rapport à ce qu’elles valent en magasin.

66 Millions d'Impatients - septembre 2016